Violence en France

Quand je vois et je lis sur les émeutes qui secouent la France ces jours-cis, il n’y a qu’une chose qui me vient à l’esprit:

Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie
L’étendard sanglant est levé


Je trouve la similitude frappante, lors de la révolution française, il y avait deux types de français, les nôbles et le (petit) peuple. Aujourd’hui il y a les blancs (les français de souche comme dirait notre ami Parizeau) et les noirs/arables/non-blancs — que je vais appeler ‘nègres”, selon la logique d’Elvis Gratton quand il appelle tous les asiatiques des chinois.
Saviez-vous qu’à diplome égal, il y a cinq fois plus de chômage chez les nègres que chez les blancs. Il y a effectivement deux classes des citoyens en France (blancs et nègres) et les nègres se révoltent contre le système qui a permis d’avoir ces deux classes de citoyens. Comme le peuple lors de la révolution, les nègres, les jeunes nègres en particulier, n’ont rien à perdre. Le plus dangereux des hommes est celui qui n’a rien à perdre, comme disait Moine.
La crise actuelle a mis des dizaines d’années à se former, et les mesures liberticides implantées recemment par le gouvernement (couvre-feu, menaces d’expatriations, interdiction de rassemblement) ne font que démontrer qu’il n’a pas de solution à ce problème profond.
Moi non plus je n’ai pas de solution à ce problème, mais j’ai une grande sympatie pour les nègres français. Je termine cet éditorial et ayant une pensée pour eux et en murmurant ces quelques versets de La Marseillaise.

Amour sacré de la Patrie
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie
Combats avec tes défenseurs!
Sous nos drapeaux, que la victoire
Accoure à tes mâles accents
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire!

En France, on met metterait bien en prison pour avoir osé murmurer l’Hymne National. Malheusement, le Liberté, Équalité, Fraternité de la révolution est bien loin.
Voici quelques articles sur le sujet, pour ceux qui veulent lire des opinions certainement mieux articulées que les miennes sur le sujet:
NewYorker: The Talk of the Town: Différence

By now, the rioting has become sporadic, but the rioters’ rage was so self-punishing, so focussed on their own lives and neighborhoods, that an obvious lesson should have been drawn by the Élysée the day the first bus burned. The kids who are rioting hate their lives. They are lonely for France; they are sickeningly disappointed in France, in the promise of France. And, in desperation, they are attacking their own half-world cités. They want the real cities, where the “French” live.

Québécois Libre: COMMENT METTRE FIN À LA GUERRE CIVILE PERMANENTE?

La violence qui règne dans les banlieues de Paris et ailleurs est un
problème politique des plus importants. Mais cette violence n’est qu’une
manifestation très spectaculaire d’un problème beaucoup plus vaste et
profond: celui de l’État-providence. C’est ce que Guido Hülsmann,
professeur à l’Université d’Angers, tente de démontrer.

Québécois Libre: LES BIENFAITS DES VIOLENCES URBAINES

Tout le monde s’élève contre les violences urbaines parce que l’on y
voit des destructions gratuites organisées et mises en oeuvre par des
jeunes refusant l’ordre social et les valeurs qui vont avec. En fait, il
s’agit de l’ordre socialiste ou étatique et des valeurs qu’il véhicule.

Québécois Libre: UNE ANALYSE LIBÉRALE DES ÉMEUTES

L’explosion de violence dans les banlieues doit être pour nous
l’occasion d’affirmer une pensée libérale réfléchie, prélude à
l’alternative politique que nous appelons de nos voeux. Si nous voulons
proposer une offre politique convaincante, nous ne devons pas répondre
aux violences par la caricature politicienne.

Québécois Libre: BANLIEUES: LES PYROMANES PRIS AU PIÈGE

Nous ne décrirons pas les événements, la presse française, ne les ayant
pas masqués et la presse étrangère, notamment, s’en étant délectée non
sans imprudence. Par contre, plusieurs constatations que les médias
officiels ne mettent pas en lumière s’imposent.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>